movinstream
logo de la chaîne Foot

Coupe des Confédérations: Brésil-Uruguay vs Espagne-Italie

15 abonnés S'abonner

- A propos de Foot -

Pleins de videos de foot. Un but ? il est déja ici !


Coupe des Confédérations: Brésil-Uruguay vs Espagne-Italie


Coupe des Confédérations: Brésil-Uruguay vs Espagne-Italie
Les deux demi-finales de la Coupe de Confédérations seront l'un latino et l'autre europénne. Un Brésil regonglé affrontera l'Uruguay mercredi à Belo Horizonte tandis l'Espagne championne du monde et d'Europe affrontera l'Italie jeudi à Fortaleza

---

[HD]Slow Motion Amazing David Luiz Save goal Bresil vs. Spain (3-0) Confederation

Ce n’est pas un but, mais cela restera probablement comme l’un des moments forts de la Coupe des Confédérations. Sur une action parfaite de l’Espagne, Pedro trompait Julio Cesar d’un tir croisé précis mais alors que le ballon semblait rentrer facilement dans le but, David Luiz revenait de très loin pour effectuer un tacle quasiment sur sa ligne tout en parvenant à faire passer le ballon au-dessus de la barre transversale. Un geste défensif impeccable qui lui a valu une énorme ovation de la part du Maracaña.

higlights bresil espagne
bresil espagne goals
Brazil vs espagne
brazil vs spain final highlights

Brésil - Espagne : Le sauvetage de David Luiz affole Twitter
Hier lors de la finale de la Coupe des Confédérations entre le Brésil et l'Espagne, David Luiz a offert une défense spectaculaire à son équipe en évitant un but de camp espagnol.

Alors que lors du match Brésil-Uruguay, la simulation très exagérée de Neymar nous avait fait rire ou nous avait agacé, un autre joueur brésilien a fait jaser les supporters et les twittos hier soir. En effet, hier soir l'Espagne et le Brésil se disputait la 1ère place lors de la finale de la Coupe des Confédérations. Alors que le Brésil a largement remporté le titre, en s'imposant 3-0 face au camp espagnol, David Luiz a changé le cours du match grâce à une action incroyable. Le joueur Pedro s'apprêtait à offrir le premier but du match à son équipe, et avait poussé le ballon dans le filet à environ 97%. David Luiz a alors dégainé pour tacler cette tentative faisant passer le ballon au-dessus de la barre transversale et évitant donc le but. Une magnifique défense qui a alors permis au Brésil de s'en sortir sans que le camp adverse ne mette le moindre but.

Brazil Vs Spain 3-0 Tous les buts Fred Neymar Highlights [30/06/2013] Confederation Cup Final 2013

Le Brésil humilie l'Espagne
Grâce notamment à Fred et à Neymar, le Brésil a facilement dominé l'Espagne dimanche soir au Maracana et remporte ainsi sa troisième Coupe des Confédérations d'affilée.

74eme minute au stade Maracana. Des « olé » sont repris en cœur par un public brésilien aux anges devant l’humiliation que la Seleçao fait vivre à la Roja. Une rencontre qui avait des faux airs de passation de pouvoir, à l’image du Bayern Munich face au Barça en Ligue des Champions. Car oui, le Brésil, 22eme au classement FIFA, a surclassé dans tous les compartiments du jeu une Espagne certainement fatiguée après avoir disputé les penalties face à l’Italie trois jours plus tôt. Tout s’est passé très vite puisque dès la deuxième minute de jeu, Fred a ouvert la marque sur la première occasion brésilienne.

Incapable de réagir, la Roja a concédé un deuxième but juste avant la pause sur une frappe surpuissante de Neymar. Le tout avant d’encaisser le but du KO de Fred au retour des vestiaires. Les hommes de Del Bosque ont bu le calice jusqu’à la lie puisqu’après un penalty manqué par Sergio Ramos, Gerard Piqué a logiquement été expulsé après une nouvelle chevauchée de Neymar. Après 2005 et 2009, le Brésil remporte devant son public sa troisième Coupe des Confédérations de suite, la quatrième de son histoire. Mais plus important : la sélection auriverde a prouvé qu’on pouvait compter sur elle à un an de son Mondial.

Le film du match
2eme minute (1-0)
Quel entame du match du Brésil qui ouvre la marque sur sa première action. Sur un centre d’Hulk, Neymar parvient à toucher la balle qui revient sur Fred. A la lutte avec Piqué, l’ancien Lyonnais, à terre, parvient à devancer Casillas, trop attentiste.

6eme minute
Sur un centre de Mata, Marcelo touche le ballon du bras, qui semble être le long de son corps. L’arbitre laisse le jeu se poursuivre

8eme minute
Neymar tente de servir Marcelo sur la gauche. Arbeloa dévie le ballon qui revient sur Fred, auteur d’une talonnade magnifique vers Oscar. La frappe puissante du meneur de Chelsea passe tout près du poteau droit de Casillas.

13eme minute
Sur un ballon perdu par Iniesta aux 25 mètres, Paulinho tente un lob astucieux mais Casillas est vigilant et repousse la balle au-dessus de sa transversale.

33eme minute
Idéalement servi par Neymar sur un contre rondement mené, Fred se présente seul face à Casillas. Le buteur brésilien frappe en première intention mais Casillas repousse du pied.

41eme minute
Sur un contre espagnol, Xavi décale parfaitement sur la droite Pedro qui ajuste Julio Cesar d’un plat du pied du gauche. Mais David Luiz, revenu en trombe, parvient à dégager in extremis son camp.

44eme minute (2-0)
Hors-jeu au début de l’action, Neymar se replace. Oscar, d’un extérieur du pied, lui redonne le ballon. Profitant d’un marquage douteux d’Arbeloa, Neymar se présente face à Casillas qu’il crucifie d’une frappe très lourde du gauche.

47eme minute (3-0)
Dès le retour des vestiaires, Hulk donne le ballon sur la gauche. Neymar le laisse passer et Fred, en pleine confiance, tente un plat du pied à l’entrée de la surface. Casillas touche la balle qui heurte son poteau gauche et entre dans les buts.

54eme minute
Navas, qui vient d’entrer en jeu, crochète dans la surface. Marcelo heurte légèrement son mollet. Suffisant pour que l’arbitre siffle penalty. Sergio Ramos s’élance mais ne cadre pas sa frappe qui frôle le poteau droit de Julio Cesar…

58eme minute
Sur un ballon parfait de Neymar, Hulk se présente face à Casillas qui sort loin de sa surface. L’attaquant brésilien tente un lob qui est repoussé par le gardien madrilène. L’Espagne s’en sort bien.

68eme minute
Sur un contre supersonique, Neymar part en dribbles face à la défense espagnole. L’ailier brésilien se joue de Piqué qui commet l’irréparable en le crochetant. Le défenseur du Barça est logiquement expulsé par l’arbitre. Le coup-franc de Neymar passe juste au-dessus du but de Casillas.

80eme minute
Pedro reçoit le ballon dans la surface et envoie une belle frappe croisée du gauche. Julio Cesar réalise une magnifique parade pour repousser le ballon en corner.

86eme minute
Villa parvient à se mettre en position de frappe dans la surface. Son tir enroulé du droit est magnifique, tout comme l’arrêt de Julio Cesar, soucieux de garder sa cage inviolée.

Les joueurs à la loupe
Brésil
Julio Cesar (7) : Impeccable sur les quelques ballons qu’il a eus à jouer, notamment sur les frappes de Pedro et de Villa en fin de partie. Battu seulement une fois par Pedro mais David Luiz veillait au grain.
Daniel Alves (6) : Moins en vue offensivement que Marcelo, il a parfaitement rempli son rôle, même s’il a eu parfois du mal avec Pedro en début de partie.
David Luiz (8) : Convoité par le PSG, le stoppeur de Chelsea a prouvé qu’il était bien l’un des meilleurs défenseurs au monde. Un match exceptionnel avec en point d’orgue un sauvetage sur sa ligne en fin de première période.
Thiago Silva (cap) (8) : Fébrile face à l’Uruguay en demi-finales, le capitaine brésilien a retrouvé son niveau habituel. Sa science du placement et de l’anticipation a une nouvelle fois été impressionnante.
Marcelo (7) : Solide défensivement, il a énormément apporté le danger aux avant-postes. Il a participé au deuxième but grâce à son appel. Seule ombre au tableau : le penalty concédé pour une faute sur Navas.
Luiz Gustavo (8) : Un nombre incalculable de ballons récupérés pour le milieu du Bayern Munich qui a toujours ressorti proprement la balle.
Paulinho (8) : L’une des révélations de cette Coupe des Confédérations. Il n’a cessé d’harceler le milieu espagnol avec succès. Remplacé par Hernanes (87eme).
Neymar (9) : Un match proche de la perfection pour le n°10 brésilien, qui a enfin justifié tous les espoirs placés en lui depuis des années. Un but splendide, un carton rouge provoqué, des dribbles, des passes et des accélérations en pagaille, Neymar a brillé de mille feux.
Oscar (6) : Malgré sa saison dantesque, le milieu de Chelsea a joué toute la rencontre. Un bon match de sa part même s’il a manqué une belle occasion en début de partie. Auteur de la passe décisive pour Neymar sur le deuxième but.
Hulk (7) : A l’origine du premier et du troisième buts, l’ailier du Zenit a fait l’étalage de ses qualités de passeur. L’occasion pour lui de faire taire les critiques qu’il subit depuis de nombreux mois. Remplacé par Jadson (72eme).
Fred (8) : Meilleur buteur de la compétition avec cinq réalisations, à l'instar de Torres, l’ancien Lyonnais a prouvé toutes ses qualités de finisseur avec un beau doublé. Remplacé par Jô (80eme).

Espagne
Casillas (cap) (4) : Trop attentiste sur le premier but et trop court sur le troisième but, le gardien du Real Madrid ne s’est pas montré décisif, même s’il a réalisé quelques beaux arrêts.
Arbeloa (2) : Rapidement averti, il n’a pas vu le jour face à Neymar qui lui a fait vivre un véritable supplice. Le Madrilène a notamment lâché son marquage sur le néo-Barcelonais sur le deuxième but. Remplacé logiquement à la pause par Azpilicueta (4). Le latéral droit de Chelsea a été rapidement mis dans le bain en étant un peu court sur la frappe de Fred…
S.Ramos (3) : Un match cauchemardesque pour lui. Constamment en difficulté face aux attaquants brésiliens, il a en plus complètement raté un penalty qui aurait pu redonner espoir aux siens…
Piqué (2) : Malgré la présence de Shakira, sa compagne, dans les travées du Maracana, le défenseur central du Barça a également déçu. Il a logiquement été exclu à la 68eme minute pour avoir arrêté illégalement Neymar.
Alba (3) : Preuve que l’Espagne a beaucoup subi, le latéral gauche n’est quasiment pas monté de la partie…
Busquets (4) : La tour de contrôle espagnole n’a pas eu son rayonnement habituel. La faute notamment au duo Luiz Gustavo-Paulinho face à lui.
Xavi (3) : Il n’a jamais pu jouer son rôle habituel de métronome. Très décevant.
Iniesta (4) : Il a tenté en première période de réveiller les siens. En vain. Il a complétement disparu de la circulation au retour des vestiaires.
Pedro (6) : Le seul Espagnol dangereux de la partie… Il a cependant manqué l’occasion de sauver l’honneur en fin de partie.
Mata (3) : Préféré à Fabregas, il n'est pas parvenu à se montrer dangereux. Remplacé par Navas (52eme), qui s’est illustré en provoquant un penalty.
Torres (3) : Il a parfaitement été pris la paire David Luiz-Thiago Silva. Remplacé par Villa (59eme), qui s’est mis en évidence à une reprise sur une belle frappe repoussée par Julio Cesar.

Monsieur l’arbitre au rapport
M.Kuipers a très souvent pris les bonnes décisions. L’arbitre néerlandais a été au niveau de l’événement.

Ça s’est passé en coulisses…
- Luiz Felipe Scolari a décidé d’aligner son équipe-type pour cette finale avec notamment son quatuor offensif (Neymar, Hulk, Oscar et Fred).

- De son côté, Vicente Del Bosque a décidé de titulariser Mata aux dépens de Fabregas. Touché en demi-finales face à l’Italie, Torres était lui de retour en pointe.

- Une quinzaine de minutes avant le début de la rencontre, des heurts ont éclaté entre des manifestants et des policiers aux abords du Maracana.

La feuille de match
COUPE DES CONFEDERATIONS / BRESIL-ESPAGNE : 3-0
Maracana (80 000 spectateurs environ)
Temps clair - Pelouse correcte
Arbitre : M.Kuipers (PBS) (7)

Buts : Fred (2eme et 47eme) et Neymar (44eme) pour le Brésil

Avertissements : Arbeloa (16eme) et S.Ramos (28eme) pour l’Espagne

Expulsion : Piqué (68eme) pour l’Espagne

Brésil
Julio Cesar (7) - Daniel Alves (6), David Luiz (8), Thiago Silva (cap) (8), Marcelo (7) - Luiz Gustavo (8), Paulinho (8) puis Hernanes (87eme) - Neymar (9), Oscar (6), Hulk (7) puis Jadson (72eme) - Fred (8) puis Jô (80eme)

N'ont pas participé : Jefferson (g), Diego Cavalieri (g), Dante, Filipe, Rever, Fernando, Jean, Bernard, Lucas
Entraîneur : L.F.Scolari

Espagne
Casillas (cap) (4) - Arbeloa (2) puis Azpilicueta (46eme), S.Ramos (3), Piqué (2), Alba (3) - Busquets (4), Xavi (3), Iniesta (4) - Pedro (6), Mata (3) puis Navas (52eme), Torres (3) puis Villa (59eme)

N'ont pas participé : Valdés (g), Reina (g), Albiol, Monreal, J.Martinez, Fabregas, Cazorla, D.Silva, Soldado
Entraîneur : V.Del Bosque
Le Brésil renverse le roiPoussé par un Maracana volcanique et une volonté énorme de marquer les esprits à un an de "sa" Coupe du monde, le Brésil a balayé (3-0) l'Espagne, dimanche soir, pour remporter sa troisième Coupe des Confédérations d'affilée. Depuis le début de sa suprématie, jamais l'Espagne n'avait passé une soirée aussi noire en compétition.
Avec Fred (doublé), Neymar a fait souffrir l'Espagne comme rarement. (AFP)


Fred, qui claque un ballon du droit dans le but de Casillas, dès la 2e minute. Neymar, qui envoie une frappe pure du gauche sous la transversale, à la 44e minute. Fred, qui score à nouveau, d’un tir rasant, après un ballon gagné par Marcelo et une passe de Hulk dans la profondeur, à la 47e minute. A des moments-clé de chaque mi-temps, le Brésil a marqué trois buts qui ont réduit en miettes une Espagne qui n’avait plus encaissé de but en matches à élimination directe depuis quatre ans et une demi-finale... de Coupe des Confédérations contre les Etats-Unis (0-2), en Afrique du Sud. Cette compétition est restée maudite, ce dimanche soir, pour une génération qui aura tout gagné, donc, sauf ce titre que le Brésil, lui, vient de soulever pour la troisième fois d’affilée sous les lumières d’un Maracana en fusion avec sa Seleçao.
Au lance-flammes

Dans une ambiance brûlante, nourrie par quelques grosses frictions entre joueurs, cette finale magnifique aura dessiné un contraste fort entre deux rivaux qui ne s’étaient plus affronté depuis un match amical, à Vigo, en 1999 (0-0). D’un côté, une Espagne trop lente, moins agressive dans les duels, souvent en difficulté pour trouver des espaces et qui aura couru en vain derrière le rayonnement technique qui a assis son éclat international depuis l’Euro 2008. De l’autre, un Brésil porté par le feu et par cette tendance désormais très nette à attaquer les matches au lance-flammes. Cette stratégie du "blitz" était restée en veilleuse contre l’Uruguay (2-1), en demi-finale, mercredi dernier. La Seleçao l’a ressortie face à l’Espagne : après le but de Fred, la pression auriverde est restée énorme, Neymar a tiré de peu à côté (8e) et Casillas a dû rester vigilant sur un lob de Paulinho (13e), l’une des révélations de ce tournoi.

En privilégiant un jeu plus direct que son adversaire, basé sur une récupération haute et une utilisation tranchante du couloir gauche, celui de Marcelo et Neymar, le Brésil a mis l’Espagne à l’envers, lui infligeant de nouveaux frissons sur un tir de Fred repoussé par Casillas, après une passe exquise de Neymar (32e). En face, la Roja a vu son désespoir enfler à vue d’œil : tir lointain d’Iniesta détourné par Julio César (19e), sauvetage sur la ligne de David Luiz sur un tir croisé de Pedro (41e), penalty manqué par Sergio Ramos (54e) avant... l’expulsion de Piqué pour un tacle sur Neymar en position de dernier défenseur (68e) et un tir de près de Villa repoussé par Julio César (86e). Au milieu de ce tunnel rouge, le deuxième but de Fred, son cinquième dans la compétition, aura donné à cet échec espagnol des proportions jamais vues depuis sa défaite en amical contre le Portugal en amical (0-4), le 17 novembre 2010.
Avertissement pour l'Espagne

Dans quelques semaines, Neymar va débarquer en Europe avec une dimension de crack qui restait discutable avant la compétition. Décisif lors des cinq matches du Brésil, brillant avec le ballon, dévastateur par ses accélérations, le nouveau Barcelonais aura été le meilleur joueur de cette neuvième Coupe des Confédérations. Il sera l’une des attractions de la Coupe du monde. En ce mois de juin, le Brésil de Scolari se sera trouvé une idole et une équipe-type dont le succès en amical contre la France (3-0) aura amorcé une série de six victoires. Rivale des Bleus dans la course à la qualification pour le Mondial, l’Espagne, elle, vient de recevoir un avertissement (très) bruyant au Maracana...

higlights bresil espagne
bresil espagne goals
Brazil vs espagne
brazil vs spain final highlights

Le bijou de Cavani contre la Jordanie sur coup franc (uruguay 5-0) CDM
L'Uruguay peut presque réserver son billet pour le Brésil. En allant s'imposer avec la manière en Jordanie, mercredi en match aller des barrages pour le Mondial 2014 (0-5), les partenaires d'Edinson Cavani ont effet posé une belle option sur la qualification pour la prochaine Coupe du monde. Regardez le superbe but sur coup-franc de Cavani.
Buts : Jordanie Uruguay résumé vidéo but Cavani 0-5 (barrage coupe du monde)


Vidéo Jordanie Uruguay résumé vidéo but Cavani 0-5 : les coéquipiers de Luis Suarez ont présenté une belle démonstration durant ce match barrage allé pour la coupe du monde 2014, en s'imposant sur la pelouse de Jordanie avec le large score de 0-5, buts marqué par M.Pereira, Christian Stuani, Nicolas Lodeiro, Cristian Rodriguez et magnifique but d'Edinson Cavani sur un coup franc bien botté par l'attaquant parisien dans la lucarne de portier de la jordanie, l'Uruguay a déjà mis les deux pied au Brésil et le match retour qui se disputera le 20 novembre ne sera qu'une simple formalité pour achever cette belle qualifications
Buts : Jordanie Uruguay résumé vidéo but Cavani 0-5 (barrage coupe du monde)

Nigéria 0-3 Espagne Coupe des confédérations 23/06/2013 Alba Torres All goals and highlights HD résumé Spain victory

L'Espagne s'impose face au Nigeria, termine en tête du groupe et affrontera l'Italie en demi-finale. Jordi Alba (doublé) et Fernando Torres ont concrétisé la domination de la Roja. Vaillants mais inefficaces, les Super Eagles quittent la compétition.

L'Espagne sans pitié pour le Nigeria
L'Espagne a validé son ticket pour les demi-finales de la Coupe des confédérations en dominant ce dimanche le Nigeria (3-0), éliminé. La Roja affrontera l'Italie dans le dernier carré. Facile vainqueur de Tahiti (8-0), l'Uruguay retrouvera le Brésil.La Roja n'a certes pas connu la même promenade de santé que face à Tahiti (10-0), mais sereinement, elle a assuré ce dimanche sa qualification pour les demi-finales de la Coupe des confédérations. Un but de Jordi Alba dès la 3e minute, un autre de Fernando Torres, à l'heure de jeu, un dernier de Alba à deux minutes du terme de la partie, ont suffi à faire tomber le champion d'Afrique en titre. Sans jamais trembler. Le Nigeria, qui avait besoin d'une victoire pour espérer survivre dans le tournoi, n'a pourtant pas démérité. En l'absence de l’attaquant Oduamadi, touché à une cheville, les Super Eagles ont surtout pêché dans la finition.
Très offensif et auteur d'un doublé et d'une passe décisive, le latéral gauche Jordi Alba s'est montré très à son avantage. Car dans le jeu, les partenaires de John Obi Mikel ont tenu le coup (58% de balle pour l'Espagne). En première période, le milieu de Chelsea (11e), puis Mba (20e), d'une frappe sortie par Victor Valdés ont raté l'égalisation. En seconde, Akpala (51e), pourtant idéalement placé, a manqué sa reprise. Autant d'occasions qu'il est préférable de ne pas rater face aux champions du monde qui restaient sur une série d'invincibilité de 14 matches dans les grandes compétitions internationales. Les Espagnols, qui ont présenté une équipe à couleur très barcelonaise (huit Blaugrana alignés d'entrée), ont progressivement déroulé leur jeu et avalé leur adversaire.
Et maintenant l'Italie
Très offensif et auteur d'un doublé et d'une passe décisive, le latéral gauche Jordi Alba s'est montré très à son avantage. Ses coéquipiers Pedro (62e) et Fabregas (39e) se sont montrés plus maladroits devant le but d'Enyeama. Auteur d'un quadruplé contre Tahiti, Torres a encore planté d'une belle tête plongeante. Ce succès permet à la Roja d'éviter le Brésil en demi-finale d'une compétition que quitte le Nigéria. Les Espagnols retrouveront l'Italie, pour un remake de la finale de l'Euro 2012. Un match que le rouleau compresseur rouge avait remporté 4-0.